Informations médicales

Retrouvez ici les principales pathologies du système locomoteur ainsi que ses options de traitement. 

N’hésitez pas à nous poser des questions, et nous y répondrons volontiers !

Arthrose de la hanche

Maladie invalidante caractérisée par une destruction progressive du cartilage articulaire. L’articulation de la hanche est  une des plus fréquemment atteintes.

En savoir plus

L’arthrose touche l’ensemble de l’articulation, avec une perte progressive du cartilage articulaire, des déformations de l’os sous forme de kystes et d’excroissances appelées ostéophytes qui peuvent limiter le mouvement, et un affaiblissement et relâchement des muscles et des ligaments qui assurent normalement le soutien et la stabilité de l’articulation.

Le premier signe d’arthrose est en général une douleur localisée dans le pli de l’aine, qui peut descendre sur l’avant de la cuisse ou le côté de la hanche. Progressivement, on arrive à marcher de moins en moins longtemps avant que la douleur n’apparaisse et ne devienne limitante.

La recommandation basée sur l’évidence est d’initier dès les premiers symptômes un traitement adapté (de premier abord conservateur, puis chirurgical si la symptomatologie douloureuse persiste malgré un traitement conservateur bien conduit) car le pronostic est meilleur si le traitement est initié rapidement

Arthrose du genou

L’arthrose est une maladie invalidante caractérisée par une destruction progressive du cartilage articulaire. L’arthrose touche l’ensemble de l’articulation …

En savoir plus

.L’arthrose touche l’ensemble de l’articulation, avec une perte progressive du cartilage articulaire, des déformations de l’os sous forme de kystes et d’excroissances appelées ostéophytes qui peuvent limiter le mouvement, et un affaiblissement et relâchement des muscles et des ligaments qui assurent normalement le soutien et la stabilité de l’articulation.

Le premier signe est en général une douleur dans la région du genou. La douleur peut se présenter typiquement comme des crises subites ou des périodes de pics douloureux. Elles se présentent surtout en fin de journée ou même la nuit, avec parfois un gonflement de l’articulation à cause de la présence d’un épanchement. 

Ligament croisé antérieur

Les ligaments croisés assurent la stabilité du genou d’avant en arrière et en rotation. Les traumatismes…

En savoir plus

Un ensemble de quatre ligaments participent au maintien du genou: deux ligaments collatéraux, qui sont placés de chaque côté du genou et qui en assurent la stabilité latérale, et deux ligaments croisés (car ils se croisent à l’intérieur de l’articulation), qui assurent la stabilité d’avant en arrière du genou.

Il est fréquent d’entendre un craquement lors du traumatisme. Dans la phase aigüe, les lésions des ligaments croisés antérieurs provoquent généralement une douleur, un gonflement et une raideur. La mobilisation du genou est douloureuse, et on ressent la perte de stabilité d’avant en arrière du genou qui flotte et se dérobe.

Il existe plusieurs options chirurgicales pour retrouver une bonne stabilité après une déchirure du ligament croisé postérieur. Le choix de l’intervention sera discutée au cas par cas avec votre chirurgien, en fonction notamment de vos pratiques sportives et professionnelles, de la présence éventuelle de lésions associées et de votre anatomie.

On propose en général de remplacer le ligament déchiré par une greffe – on parle de “plastie” du ligament croisé antérieur.

Nos principales interventions chirurgicales

Prothèse totale de la hanche (PTH)

Lorsque la douleur s’installe, elle provoque un cercle vicieux: en limitant vos mouvements et restreignant votre activité physique, votre musculature, qui constitue un des piliers protecteurs de vos articulations, est moins bien entretenue.

Résultat: la maladie progresse et toutes vos articulations sont plus vulnérables. 

Dans la majorité des cas, on implante une prothèse de hanche en traitement d’arthrose invalidante, lorsque les douleurs et la limitation du mouvement persistent malgré un traitement conservateur bien conduit. Plus rarement, nous proposons d’emblée la pose d’une prothèse lorsque les lésions sont déjà trop avancées.

Cette intervention peut aussi être réalisée pour remplacer l’articulation de la hanche après une fracture du col du fémur.

Prothèse partielle ou totale de genou (PTG)

Lorsque les lésions sont localisées sur une partie seulement de l’articulation, on peut remplacer les tissus touchés par la surface articulaire prothétique, et conserver ainsi une partie de l’os “naturel”. On parle de prothèse partielle de genou.

Lorsque les lésions sont étendues sur l’ensemble de l’articulation, il est nécessaire de la remplacer entièrement par la surface prothétique, on parle alors de prothèse totale du genou (ou PTG).

Notre préoccupation est de tout faire pour que votre traitement soit un succès. Il existe plusieurs facteurs permettant d’améliorer le pronostic: la qualité de la préparation physique avant l’opération, notamment par une combinaison optimale d’exercices de renforcement musculaire et d’étirements, une rééducation efficace et bien suivie, ainsi que le choix adéquat de la technique chirurgicale et la précision lors de la pose de l’implant. Le résultat: une prothèse bien posée et un genou protégé par une musculature bien entretenue.

L’ensemble de notre équipe de spécialistes est à vos côtés pour vous accompagner à travers chaque phase du traitement.

Plastie du ligament croisé antérieur

Il est souvent possible de vivre sans ligament croisé antérieur. Un traitement conservateur de rééducation et de renforcement musculaire efficace peut souvent suffire pour stabiliser le genou, pour autant que les autres structures importantes pour sa stabilité soient préservées et solides.

En effet, si la douleur est aiguë immédiatement après le traumatisme ayant provoqué la rupture du ligament, une fois la phase aiguë et inflammatoire passée, la douleur s’estompe progressivement.

Si le genou n’est pas suffisamment stable par rapport aux contraintes auxquels il est soumis, à moyen terme, on court le risque de se blesser à nouveau et d’aggraver les lésions. Et à plus long terme, la survenue d’arthrose précoce.

Nous recommandons en général, en fonction des évidences scientifiques, de choisir un traitement chirurgical pour les personnes jeunes et actives, surtout si elles pratiquent des sports à pivot tels que le tennis, le football, le volleyball ou le ski.

Posez-nous votre question!

Nous vous remercions de nous aider à mieux vous servir!